L'Autorité indépendante d'examen des plaintes en matière de radio-télévision a considéré que le reportage télévisé portant sur la drogue et la fin de la prohibition diffusé dans le cadre de l'émission de la RTS n'avait violé aucune disposition du droit des programmes.

Le 24 avril 2014, la Radio Télévision Suisse RTS 1 avait diffusé dans le cadre de l'émission Temps Présent, un reportage consacré à la «Drogue, la fin de la prohibition». Il visait à informer les télespectateurs d'un mouvement majeur et mondial de politique de lutte contre les drogues. Le reportage a démontré que ce combat a été un échec total et qu'il fallait essayer «autre chose». Il est annoncé comme la présentation d'une politique différente et alternative en matière de lutte contre les drogues.

Le film est présenté comme une thèse clairement reconnaissable en raison de la présentation transparente et des connaissances préliminaires du public. De plus, l'Autorité indépendante d'examen des plaintes en matière de radio-télévision (AIEP) n'a pas constaté de scènes qui auraient pu violer le droit à la protection des mineurs. Enfin, la remarque déplacée contre le Parlement a été retenue, dans l'ensemble du reportage, comme un fait secondaire.

L'AIEP a également rejetée à l'unanimité une plainte contre l'émission de discussion «Club» de la Télévision SRF, qui s'est aussi occupée de la politique de la drogue. Par contre, l'AIEP a admis une plainte par six voix contre trois contre le magazine de consommateurs Kassensturz de la Télévision SRF. Un reportage concernant la responsabilité sur des opérations dentaires ratées qui a violé le principe de la présentation fidèle des événements, dans la mesure où des faits importants n'avaient pas été mentionnés.

L'AIEP est une commission extraparlementaire de la Confédération. Elle se compose de neuf membres exerçant leur activité à titre accessoire et est présidée par Roger Blum. L'AIEP doit examiner, sur plainte, si une émission diffusée de radio ou de télévision viole les dispositions relatives au contenu des émissions rédactionnelles ou si le refus du diffuseur d'accorder l'accès au programme est illicite. Les décisions de l'AIEP peuvent être contestées auprès du Tribunal fédéral. (ots)