Droit des médias

En avril 2018, l'émission d'information "Le 19h30" de la RTS a retransmis deux reportages sur l'utilisation présumée d'armes chimiques dans le cadre de la guerre qui sévit sur le territoire syrien et de ses possibles conséquences.

La présidence du Conseil suisse de la presse regrette que le groupe de médias Ringier ait supprimé plus de 200 articles du «Blick» de la base de données des médias suisses (Schweizer Mediendatenbank SMD).

Le Conseil suisse de la presse reproche au Blick d’avoir réalisé un reportage sur des personnes atteintes de démence, en Thaïlande, en ne requérant que l’autorisation du directeur de l’établissement qui les héberge. Mais pas celle des intéressés ou de leur représentant.

Parmi les nombreux sites d’information qui fleurissent sur l’Internet, lesquels entrent-ils dans le champ de compétence du Conseil de la presse? Quant aux journalistes qui s’expriment individuellement sur les réseaux sociaux, sont-ils tenus de respecter les règles déontologiques de la profession?

Sous le titre «Geri Müller: selfies nus de l’Hôtel de ville», la Schweiz am Sonntag rend compte, le 17 août 2014, du «chat» privé en ligne entre le maire de Baden Geri Müller et une jeune femme. Müller aurait conduit ces «chats» à caractère sexuel à son lieu de travail, et en partie pendant ses heures de travail. En introduction, le journal fait état d’une intervention de la police municipale de Baden, qui a mené à l’arrestation temporaire de la jeune femme. Selon des sources fiables, c’est Müller qui aurait alerté la police.